Histoire de :

NATURE & SPORT HAINAUT:


Le club Nature et Sport - Hainaut que nous connaissons de nos jours est issu de la séparation en 1963 du club Nature et Sport Belge en plusieurs clubs suivant leur localisation : Nature et Sport Limburg, Nature et Sport Liège et enfin Nature et Sport Hainaut. Au début, ce dernier se limite à une boîte postale et à la délivrance des timbres FNI
La rencontre sur un terrain naturiste à l'étranger de quelques membres du club fait que les activités démarrent.
Certains se sont réunis, ont mis sur pied un comité plus étoffé et en 1981, procèdent à la rédaction d'un bulletin distribué aux membres, le Rayon de Soleil, ainsi que la création du logo et du drapeau.
Ensuite a suivi en 1986 la constitution de Nature et Sport Hainaut en A.S.B.L.
La fréquentation de différentes piscines ou saunas a contribué à créer une continuité dans les relations entre les membres en dehors des vacances de même que les activités proposées par le club, la Ligue Francophone ou la Fédération.
Beaucoup de chemin parcouru avec quelques embûches mais toujours avec la même volonté : que les membres se sentent chez eux, car ils le sont !

Extrait de l'allocution de notre président et ami André Vandenhende à l'occasion du 40ème anniversaire du Club le 1erjuin 2003 à Beaurieux.

Notre évolution n’est donc que l’expression locale d’une idéologie évoluant à l’échelle mondiale et dont les lignes qui suivent devraient permettre une meilleure perception :

                                                                                                LE NATURISME

Avec nos très amicales salutations naturistes, permettez, s’il vous plait, que nous nous présentions !….

Notre Club s’appelle “Nature et Sport Hainaut”, il fait partie de la “Fédération belge de Naturisme” (FBN), elle-même affiliée à la “Fédération naturiste internationale” (FNI-INF),

Pour éviter toute équivoque, permettez qu’en quelques mots, nous vous précisions le sens de tout cela ! ….

            Pourquoi l’appellation “ Naturisme » ?

Notre mouvement repose, en effet, sur une idéologie que nous pourrions résumer en quelques mots:

En tous domaines, nous nous efforçons de nous construire une opinion en nous référant à la nature, plutôt que de nous laisser influencer par tous les dogmes, interdits, tabous ou modes, qui, si nous réfléchissons un peu, le plus souvent, sont prépondérants.

 Il est évidemment difficile de connaître l’origine de notre façon de penser, mais il est impossible de ne pas citer Darwin, qui, en nous exposant clairement les mécanismes de l’”Evolution”, rappela à l’Homme “évolué”, sa nature réelle de mammifère de l’ordre des primates qui, que cela lui plaise ou non, restera indéfiniment soumis aux lois de la nature.

Pourquoi la pratique de la nudité, éventuellement collective ?

Pour ceux qui nous découvrent, l'élément le plus étonnant de notre comportement est sans aucun doute, cette pratique: ... expliquons-nous !

De tous les êtres peuplant cette terre, nous sommes les seuls à porter des  vêtements, même lorsque ceux-ci sont inutiles (s’il fait suffisamment chaud), voir désagréables (pour le bain et après le bain) ; en pratiquant la nudité lorsque celle-ci nous est agréable, nous proclamons donc tout simplement notre appartenance au milieu naturel et notre indépendance par rapport aux tabous de notre société.

D’où vient ce tabou ?

Ayant passé la plus grande partie de son évolution dans l’Est de l’Afrique, sous des températures tropicales, l’organisme de l’Homme s’est adapté aux températures locales et, lorsque, plus tard, suite, notamment, à des migrations ou à des modifications rapides du climat, il prend froid, le développement de son intelligence lui permet de choisir un mode d’adaptation particulier: le vêtement.

Par la suite, il s’aperçoit sans doute également que ce vêtement constitue une protection mécanique utile dans certaines circonstances (chasse, guerre, etc..), mais, aussi, par ses caractéristiques, à montrer son niveau social. Cette nouvelle préoccupation va conférer peu à peu à l’habit un nouveau rôle qui, au cours de l’histoire va devenir peu à peu primordial : l’habit sert moins à se réchauffer qu’à se mettre artificiellement en valeur ! Ajoutons à cela un autre élément (non des moindres) : dès ses origines, le comportement de l’Homme est caractérisé par toutes sortes de croyances religieuses que nous ne voulons point critiquer ici  mais donc il faut bien admettre qu’elles ont engendré une foule de tabous à la peau dure !

Quelques millénaires plus tard, l’homme a donc, dans nos régions, tout simplement perdu l’habitude de voir ses semblables sous leur aspect naturel et vit dans une société  au comportement, à notre avis, illogique.

L’attitude de l’homme vis à vis de son corps et, également vis à vis de sa nudité est donc, bien sûr, différente selon les cultures et les époques, avec,  pour nos régions, une période particulièrement noire au temps de l’Inquisition ; Bien qu’à une échelle moins catastrophique, le conservatisme outrancier de l’époque victorienne sera la dernière grande manifestation d’intolérance qui nous soit imposée.

Depuis quand, le naturisme “ officiel ” ?

En Europe occidentale, si l’on observe la situation dans l’entre deux guerres, on voit apparaître ici et là, les premières attitudes “naturistes”:

En Allemagne et en Autriche, la nudité au bain, dans le milieu naturel étant restée coutumière, la Culture du Corps libre (FKK) s'officialise, tant en plein air, dans les lacs et rivières, que dans les très nombreuses stations thermales. En France et, dans une moindre mesure, en Belgique, malgré les mœurs bien plus complexées, c’est autour de la culture physique que se développent les premiers clubs prônant, pour la pratique sportive, la tenue gymnique.

Après la parenthèse pénible de la seconde guère mondiale, et pendant laquelle les nazis font une tentative de récupération du naturisme à des fins purement élitistes, notre mouvement reprend son petit bonhomme de chemin :

De façon spontanée, les Scandinaves, les Autrichiens, les Allemands et les Hollandais retrouvent et développent bien vite leurs coutumes d’antan, caractérisées par une absence de culpabilisation vis à vis de la nudité

A la fois, les coutumes sociales et les clubs évoluent donc rapidement, avec, de nos jours une acceptation spectaculaire de la nudité non exhibitionniste.

A la recherche de soleil pour leurs vacances, tous ces gens imposeront un peu de cette culture à leurs hôtes.

En France, d’une toute autre manière, c’est dans le but de sortir la population d’une hygiène de vie déplorable, due à la guerre et aux prescriptions religieuses, que, suite aux idées importées d ‘outre Rhin par le journaliste Kienné de Mongeot, les Docteurs Durville tentent, par la création de clubs, une rééducation à la vie saine;

Le but est de réhabiliter le corps humain par l’hygiène, le mouvement et la vie en plein air.

 La réalisation ultime sera la création d’Héliopolis, sur l’Ile du Levant ;

Du maillot de bain de style bagnard, la tenue  est passée, progressivement, au” minimum”

Cette évolution fondamentale  est, par la suite, poursuivie et organisée par Albert Lecocq qui, au départ d’un Club situé à Carriéres-sur-Seine, fait évoluer le naturisme vers sa forme actuelle en structurant les fédérations, en créant la revue “La Vie au Soleil” et, à Montalivet, le premier grand centre de vacances naturistes.

En Belgique, les premiers clubs se reforment : d'abord sous le patronage de la fédération française, mais, bien vite, après émancipation, sous notre propre organisation, la fédération belge de naturisme.

Actuellement, dix ou quinze clubs s'efforcent de promouvoir l'idéal commun et, par des contacts avec les autorités civiles, la mise à notre disposition d'espaces naturels, de piscines aux salles de sport où exercer nos activités.

            Deux mots des lois de la nature:

Depuis toujours, l'homme s'est posé bien des questions par rapport à la terre sur laquelle il vit, aux éléments naturels, et, surtout, aux êtres vivants. Même si des tentatives de réponse de plus en plus précises sont élaborées, la recherche n'en est, sans doute qu'à ses débuts.

Etre naturiste, c'est avant tout croire à l'influence positive d'une meilleure compréhension de la nature, et, en particulier, de la nature de l’homme. Il ne s'agit donc pas de déifier une fois de plus la nature en la considérant infiniment bonne (à la Rousseau), ou, encore moins, infiniment mauvaise (en mortifiant le cops pour mieux exalter l’esprit), mais d’en rechercher la connaissance, en se gardant de toute influence extérieure, persuadé de pouvoir ainsi :

Etre mieux dans sa peau en s'acceptant tel que l'on est.

Améliorer sa santé par une alimentation correcte, un exercice physique adéquat et la vie en plein air et en pleine lumière.

Avoir une sexualité plus équilibrée

S'intégrer harmonieusement dans un groupe international prônant de meilleurs rapports entre les hommes, basés sur leur nature commune

Mieux comprendre le sens et l'intérêt de la protection de l'environnement. ...

En résumé, tentons de nous définir :

Le naturisme est un mouvement idéologique prônant une meilleure prise en compte des lois naturelles et, par conséquent, un meilleur respect de son corps, de celui d’autrui, et de l’environnement naturel. Il s’efforce d'ignorer les dogmes, interdits, tabous ou modes de vie qui vont à l’encontre de cet idéal.

En conséquence :

C’est donc la confiance mutuelle, inspirée par cet idéal commun, qui nous permet d'exercer, lors des activités qui s'y prêtent, cette nudité collective, sans le moindre sentiment de gène ni de culpabilité. Nous proclamons que cette activité est saine et qu'il est indispensable qu'elle soit pratiquée dans une ambiance familiale.

Notre société "textile" ayant assimilé trop souvent nudité à appel à la sexualité, citons les quelques éléments suivants:

La nature, dans nos gènes, à inscrit comme premier but, la procréation; L'érotisme, moteur de cette pulsion vers la  vie est plus ou moins présent dans toutes les actions humaines, quelle que soit la tenue vestimentaire !

La pratique naturiste a démontré largement que la nudité collective, pratiquée dans l'esprit familial qui est le nôtre, ne provoque aucune réaction érotique exacerbée, mais, au contraire, par l’absence de “ suspens ”, un apaisement des sens accompagnés d’un sentiment profond de fraternité humaine.

Quant à la pudeur, bien loin de nous imposer de cacher notre apparence naturelle, elle nous indique fermement que toute activité sexuelle est d'ordre intime et, par conséquent, totalement inimaginable en public.

Considérations pratiques:

Nos portes sont, bien entendu,  largement ouvertes à tous ceux et celles qui veulent bien partager notre idéal  Nous sommes également au service de ceux ou celles qui souhaitent en savoir plus sur notre mouvement 

 Quant à ceux qui seraient tentés de trahir notre confiance, qu'ils sachent que nos enfants, nos familles et nos amis sont notre bien le plus précieux et qu'ils peuvent s'attendre à être débusqués, rejetés et poursuivis par nous tous et ce, par tous les moyens légaux !

 

                                                                                    Michel V.